• 2005 qui est out ?


    La femme fatale fait ses valises, et remballe sa palette rouge et or et diva.

    La femme de l'année 2005 était glamour, sexy, portait sa bonne mine comme un flambeau et ses cheveux extra lisses comme un couronne de lauriers.
    Conquérante.
    La demi Moore de <<harcèlement>>.
    Elle coiffait consciencieusement ses mèches baguette tous les matins en les aspergeant de spray lustrant et s'appliquait à tirer une ligne de côté d'une oreille à l'autre.</harcèlement>

    Vers le mois d'avril, la frange fit sa réapparition pour le plus grand bonheur des coiffeurs qui y virent l'assurance d'une petite retouche obligatoire et mensuelle; la recouper soi-même, c'est du suicide capillaire.
    On a tout essayé, c'est toujours raté.
    Le reste de la toison était généralement ramassé en une queue haute d'amazone ou un chignon serré-serré.

    Dessous un regard de braise, des paupières charbonneuses, un teint doré et des lèvres brillantes et glutineuses comme un miroir de sang.
    Ce qu'on retiendra des slogans beauté 2005: les lèvres d'une couleur qui capte tous les regards, quand le sourire est hypnotique, captivant, ravageur...
    Pour ce qui est des yeux: <<enrobés, épaissis="" à="" outrance,="" les="" cils="" sont="" sublimés="" pour="" un="" volume="" époustouflant="" !!="">></enrobés,>



    2006 qui est IN?


    Mère nature secoue ses boucles, se pince les joues et s'offre une éternelle jeunesse.

    La femme de l'année 2006 sera naturelle, douce affichant la fraîcheur de son teint comme un authentique bulletin de santé.
    On s'en approchera, attiré par le halo que dégage l'éclat de sa peau, et on s'écriera:<< Seigneur! Mais tu es maquillée!>> On aurait pourtant juré que ce regard pétillant venait du jus de carottes, que le rose des joues était l’œuvre d'une longue marche à travers bois et que cette bouche, était joliment rouge d'avoir été mordue par l'un ou l'autre amoureux...Tout faux!
    Sous ses airs d'enfant sauvage, rien n'est laissé au hasard.
    Elle va saupoudrer toute sa paupière en rose thé, et ses lèvres, elle va les tapisser d'un gloss beige, à peine plus raffiné qu'un tube de Labello.
    Sa frange? Elle a repoussé. Sa ligne de côté est passée au milieu et ses boucles enfin ébouriffées sont le gage de sa liberté.
    Elle va retrouver l'éclat de la perfection d'une pétale de rose, l'odeur d'une peau de bébé et de lait d'amandes douces, de fleurs blanches et de roses de jardin, au matin sous la rosée....
    Le secret: c'est sa légèreté, son évanescence, elle est à la fois femme et apparition, un vrai nuage qui glisse sur la peau, en délivrant des couleurs et odeurs pastels
     Pure et concentrée...

     

    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
----