• L'amant de feu

     

     

    Finalement il était là, s'invitant au jardin,
    Cerné de vieux murs, tapissés de néfliers
    Chèvrefeuilles au matin parfumaient cet écrin
    Table et bancs verdis taillés dans l'olivier


    Elle marchait nus pieds sur l'herbe douce
    La tonnelle jolie lui posait des ailettes
    Elle s'étendait nue un sourire sur sa frimousse
    Sur un coussin de plumes elle posait la tête


    Tout son corps elle donnait à son amant de feu
    De ses rais brûlants, lui, effleurait sa peau
    Elle se délectait de ses caresses de ses jeux
    L'amant de feu alors devenait plume d'oiseau 


    La lumière parfois osait entre eux ramper
    Mais la brise leur complice, balayait les nuages
    Pétales de roses en pluie venaient la caresser 
    Pour elle débutait la silencieuse balade


    Sur son corps cillaient des roulis de plaisirs
    Sensations d'indolences reflets de son désir
    Le rossignol chantait, voulant la prévenir
    "Donzelle couvre-toi il est temps de partir".




    *´¨ )
    ¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
    ©(¸.•´ (¸.•´ .•´ : (´¸.•*´¯`*•--> © Flo
     

    « Les crisDes perles à en perdre son latin »

  • Commentaires

    1
    Nadine Quinn
    Lundi 21 Juillet 2014 à 12:00
    Bonne fête nationale Nadine
    2
    paquerette
    Lundi 21 Juillet 2014 à 12:00
    Très bel écrit comme d'habitude, que deviens tu? Bichette doit grandir? bisous
    3
    tiot
    Mercredi 23 Juillet 2014 à 12:00
    salut un très beau poème bonne journée
    4
    Quichottine
    Samedi 26 Juillet 2014 à 12:00
    Mais elle n'écoutait pas, profitait de l'instant. J'aime énormément ton poème, Flo. Passe une douce journée.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


----