• La patrie des amants

     

     

     


    Le jour s'en est allé mais ils virevoltent encore
    Ces deux corps enlacés vivant un infini
    D'une île attisée d'infinies aurores
    Éloignés de ce monde fait de guerres et de bruits


    Le firmament a tressé un filtre de tendresse
    Comme des mains se plaçant sur un cœur
    Un troc érotique  qui jamais n'aura de cesse
    Où se combinent déjà l'amour et la douceur


    Quelle importance après tout si personne ne regarde
    Ils sont déjà absents là où ne peuvent aller
    Les autres qui ne savent voir dans cette aube blafarde
    Que les éplorées nuances de la réalité


    Parviennent de toutes parts les airs d'un autre monde
    Ceux là même que personne ici n'aura ouï avec eux
    Qui jasent de bastilles et de terres fécondes
    De francs rires d'enfants pétillant de mille feux. 



     

    *´¨ )
    ¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
    ©(¸.•´ (¸.•´ .•´ : (´¸.•*´¯`*•--> © Flo

     

    Numéro du détenteur - 00049736
     
    « Toi petite AbiLes cris »

  • Commentaires

    1
    Yvette
    Lundi 14 Juillet 2014 à 12:00
    J'ai l'impression d'entendre les chansons d'Edith Piaf, les amants ou la foule. c'est très beau et si bien écrit. Salut Flo
    2
    TreiZe
    Lundi 14 Juillet 2014 à 12:00
    Cela fait du bien de lire de la si belle poésie...c'est tellement beau. Bisous petite soeur
    3
    tiot
    Lundi 14 Juillet 2014 à 12:00
    salut un texte qui se lit facilement bonne journée
    4
    ♥ dom ♥
    Mardi 15 Juillet 2014 à 12:00
    Je te souhaite un bon mardi. Bisoux dom PS : le Docteur vient tout à l'heure car l'arthrodèse de mon pied est complètement "out" ! Je ne peux même plus poser le pied par terre ...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


----