• La petite grenouille rouge

     

     

    La petite grenouille rouge

     

    Les hommes sont mécontents, il pleut sans arrêt depuis trois jours. La mare de la ferme inonde les près, les vaches rouspètent : meu...meu...meu... elles s'enfoncent dans la boue pour rentrer à l'étable.

    Les gros nuages éclatent encore, dans la mare, les grenouilles sont à la fête. Il faut les entendre le soir ! Coaaa...coaaa....Quel tapage ! Il y a les grenouilles vertes, les rousses et les têtards qui sont les bébés. Tout ce petit monde plonge, saute, fait la couse ou se cache dans les roseaux.

    Soudain ! Mon Dieu ! Les grenouilles n'en croient pas leurs yeux ! Une grenouille "rouge" quelle horreur, veut prendre part aux jeux.

    Toutes ces demoiselles grenouilles entourent la nouvelle arrivée.

    - Pourquoi es-tu rouge ? demande la plus bavarde.

    Je ne sais pas, répond timidement la nouvelle.

    - Elle n'est pas normal, crie la plus sotte.

    - C'est vrai ! Dit la plus nigaude, elle a les pattes bleu.

    - Et regardez, elle a des points bizarres sur tout le corps, montre la plus ignorante.

    - C'est peut-être une grenouille martienne, dit la plus petite.

    Et toutes ces vilaines moqueuses rient à s'en faire mal au ventre.

    - Moi, je la trouve très mignonne, déclare le Crapaud, elle met un peu de couleurs parmi nous.

    Vexées, que le crapaud préféré de ces demoiselles, trouve une autre grenouille plus belle qu'elles, les vilaines jalouses crient en choeur.

    - Elles n'est pas normaleee, elle n'est pas normaleeee;

    Tout ce chahut fait sortir les commères grenouilles cachées sous les herbes.
    Quand elles découvrirent la petite grenouille rouge, elles furent stupéfaites.

    - Elle a sûrement une maladie, déclara une très vieille grenouille radoteuse, je n'ai jamais vu ça de toute ma vie.

    - Non ! je ne suis pas malade, je ne suis pas malade, criait la petite.

    - Les enfants ! Venez immédiatement, elle est peut-être contagieuse, coassèrent toutes les commères.

    Non ! Je ne suis pas malade, pleurait la petite grenouille rouge, regardez comme je saute bien, comme je nage vite. Pour faire sa démonstration la petite allait plonger, quand une grosse voix la figea sur place.

    - Je t'interdis de plonger, croaaa, croaaa,

    Tout le groupe se tourna vers le plus gros et le plus prétentieux crapaud qui venait de donner cet ordre.

    - Tu es malades, tu vas polluer notre mare, ajouta-il, tu dois partir.

    - Non ! supplia la petite, ne me chassez pas, je ne connais personne ici.

    - Tu n'as pas compris, se fâcha le gros crapaud, et sa terrible voix fit trembler tous les têtards. J'ai dit : tu pars.

    - D'où viens-tu ? Interrogea un audacieux têtard.

    - D'où je viens ?

    - Oui ! De quel pays es-tu ?

    - Je ne sais pas, je jouais avec mes copines quand brusquement ! J'ai été kidnappée et emmenée dans un filet.

    -Bon ! C'est assez ! Si tu n'es pas comme nous, c'est que tu n'es pas normale, conclue le gros crapaud.

    - On ne peut pas la laisser seule, osa protester une sympathique grenouille rousse.

    - Et moi je pense qu'elle a été kidnappée, justement parce qu'elle était malade, dit une grenouille verte très agressive.

    - C'était pour la mettre en quarantaine, dit une autre.

    - Il ne faut pas la garder ici, dit la doyenne.

    - Nous pourrions demander à Sénégal, il a beaucoup voyagé, il connait peur-être...

    - croaa croaa non ! Sénégal est un vieux fou. IL raconte avoir vu des vers de terre gros comme des poteaux ! il appelle ça "des cobras", laissons Sénégal en dehors de tout cela.

    - Attendez ! Ici, Nous sommes différentes, il y a les vertes et les rousses. Pourquoi n'y en aurait-il pas d'autres.

    - Et bien ! Nous allons voter, décida la doyenne, et gare à celles que ne voteront pas bien.

    - Votons à patte levée, annonça le gros crapaud. Que celles qui sont pour le départ de la grenouille rouge qui est sans doute contagieuse, lève la main.

    - Tu n'as pas les droit d'influencer les votants, lance le jeune crapaud.

    - Toi ! Le contestataire, tu te tais, laisse les adultes décider.

    Au vote, un grand nombre de pattes se levèrent. Le gros crapaud déclara que la petite grenouille rouge devait partir immédiatement.

    Désespérée, la petite mit tout son grand courage dans ses pattes bleu et parti.

    Le jeune crapaud, le contestataire, que ses copines appelaient Testar, rattrapa en quelques bonds la petite qui sanglotait à gros bouillons.

    -Hello ! Cria Testar, comment vas-tu ma petite fraise ?

    - Je ne vais pas bien du tout, et ne t'approche pas, peut-être que les autres ont raison, je suis peut-être malade.

    - Ecoute, dit Testar, malade ou pas, je veux rester avec toi. Et puis, Sénégal a vu des oiseaux bleu, rouge, je suis certain que c'est ta couleur.
    Une superbe couleur, on dirait une robe de grand couturier.

    Confuse, la petite devint encore un peu plus rouge. En cheminant, ils trouvèrent une jolie petite mare, où les nénuphars et les roseaux massettes formaient des parasols.

    Les mois passèrent, Testar et la petite fraise s'aimaient de plus en plus fort. Cependant, un gros souci les inquiétait, un soleil implacable asséchait leur mare. Devant ce désastre, Testar décida de se rendre à la grande mare. La petite fraise ne voulut pas y aller et décida de l'attendre.

    Arrivé devant ce qui était la grande mare, Testar fut bien étonné, il n'y avait plus une goutte d'eau et plus une grenouille. Seul le gros crapaud tout desséché agonisait. Les autres avaient dû se mettre sous la terre, pour y trouver un peu de fraîcheur.
    Testar repartit, il venait d'arriver et racontait son voyage à la petite grenouille, quand ils entendirent une voix d'enfant :

    - papa ! viens voir une grenouille rouge.

    - Une grenouille rouge par ici ?

    - Oui ! Regarde.

    - Mon fils, dit le papa, tu as devant toi, un très beau spécimen de grenouille, qui vit dans les pays lointains. C'est une grenouille fraise, on l'appelle ainsi parce qu'elle ressemble à une fraise.

    - On la prend papa ? Ici elle va mourir.

    - Nous allons l'emporter dans notre mare qui ne tarit jamais.

    - Et je vais prendre le crapaud qui est juste à côté, ils sont peut être copain.

    - Si tu veux.

    Et la petite grenouille fraise et son ami Testar, vécurent longtemps et heureux dans la mare qui ne tarit jamais.


    Colline Lallement

     

    « Tuer Charlie...La femme amoureuse »

  • Commentaires

    1
    Quichottine
    Dimanche 11 Janvier 2015 à 12:00
    C'est un très joli conte... respectons nos différences. Bisous et douce journée Flo.
    2
    René et Florence
    Dimanche 11 Janvier 2015 à 12:00
    Bonjour Flo, Nous te remercions Flo c'est toujours pour nous un plaisir de recevoir tes écrits, celui-ci de Colline Lallement est très beau. Nous te souhaitons une excellente soirée à toi notre Amie Flo et tous tes proches. Bisous Flo René et Florence
    3
    tiot le mineur
    Dimanche 11 Janvier 2015 à 12:00
    salut un beau conte et comme morale il est demandé de se respecter même si l'autre n'a pas la même couleur de peau. bonne journée
    4
    dom
    Lundi 12 Janvier 2015 à 12:00
    Un peu de tendresse, dans ce joli conte. Ca fait du bien ! Bon début de semaine. Bisoux, Flo dom
    5
    D@net
    Vendredi 16 Janvier 2015 à 12:00
    Bonjour Flo, Très jolie histoire sur la tolérance et acceptation de la différence, on a encore du chemin à parcourir pour accepter les "grenouilles-fraise". Bonne journée. D@net.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


----