•  

    Évanoui mon prénom, pour toi je fus une femme
    Une femme qui t'offrit la douceur de ses draps
    Lorsque désemparé j’avais trop mal à l’âme
    Et rêvais d’un soleil qui ne se montrait pas

    Oublié les rideaux qui ornaient cette chambre
    La fenêtre au glycines d'où montaient des odeurs
    Lorsque tu dénouas ma chevelure couleur ambre
    Revint un souvenir enfuit au fond du cœur

    Tu m’appris çà et là tant de choses secrètes
    L’amour n’était pour toi qu’images admirables
    Anecdotes mal colorées qui tournaient dans ma tête
    Clichés mille fois vus visages méconnaissables

    Sans doute je ne fus qu’une femme anonyme
    Bien plus près du grotesque que du paradis
    Et si je n'atteins pas les limites du sublime
    Je fis tout pour paraître une convenable mie

    Femme qui sans décence consentis cette aumône
    Je te dois cet écrit au nom du temps jadis
    Après toi sache le lorsque je m’abandonne
    C’est sur ta bouche que je dépose un baiser.

     

    ´¨ )
    ¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
    ©(¸.•´ (¸.•´ .•´ : (´¸.•*´¯`*•-->Flo

     

     


    19 commentaires
  • Tous les jeudis à partir de cette semaine, je vous présenterai un de mes talents cachés " la pâtisserie ou le montage floral"

    Cette semaine ce sera un gâteau incroyable mais vrai, tellement c'est magique.

    Vous vous demandez sans aucun doute pourquoi ce gâteau est magique ? Lors de la cuisson, la préparation se divise en 3 couches, un flan extra, une crème pâtissière à tomber, une sublime génoise et le tout avec une seule et même préparation.
    Le gâteau sera encore meilleur le lendemain, il faut le mettre une nuit au moins au réfrigérateur, il peut donc  aisément se préparer la veille.

    Ingrédients:
    4 œufs
    150 g de sucre en poudre
    1 cs d’eau
    125 g de beurre
    115 g de farine
    1 pincée de sel
    500 ml de lait
    1 gousse de vanille

    Préparation:

    Préchauffez le four à 150°C.
    Commencez par faire chauffer le lait, fendre la gousse de vanille et en récolter les graines, les ajouter au lait et infuser. Faire refroidir le lait, je le prépare la veille.
    Séparez les jaunes et les blancs. Faites fondre le beurre et le laisser tiédir.
    Battre les jaunes d’œufs, le sucre et l’eau jusqu’à ce que le mélange blanchisse.

    Ajoutez le beurre fondu tiédi et continuez à battre. Ajoutez ensuite progressivement la farine et le sel tout en continuant de fouetter le mélange.
    Ajoutez progressivement le lait tiède débarrassé de la gousse de vanille et battre pour tout bien mélanger.

    Monter les blancs bien fermes

    Incorporez en plusieurs fois les blancs à la pâte à l’aide d’une spatule ou d’un fouet, n’hésitez pas à écraser les blancs contre les parois du saladier.
    Mettez la préparation dans un moule beurré en silicone de 20x20cm
    Enfourner pendant environ 50 minutes.

    A la sortie du four le gâteau est légèrement tremblant, placez le au frigo des qu'il est refroidi et démoulez le une fois bien frais, servir très frais!!!!

    Astuces et précisions :
    Il est préconisé de cuire la gâteau 50 min à 150° hors sur certains fours il faut passer à 160° en milieu de cuisson.

    Concernant le moule, le moule tablette est parfait pour moi il fait 20cm x 20cm sur 4,5 cm de haut, il est aussi possible de le cuire dans un moule rond de diamètre 20 ou 22 cm.
    Si le moule n'est pas en silicone, ne pas oublier de bien le beurrer.

     

    Gâteau magique


    17 commentaires
  •  

    Attends qu’il fasse nuit, que brillent les étoiles
    Au bout de ton chemin tu pourras t’envoler
    Je sais chez tes copains on dit mettre les voiles
    Mais c’est  la même vie dure à traverser

    Et tu verras des gens et des villes nouvelles
    De ces villes qu’on dit monopole des grands
    Tu apprendras aussi ces plaisirs artificiels
    On les rencontre souvent quand on a que vingt ans

    Tu verseras des larmes, poignante fontaine
    Pour un amour déçu qui n’avait rien de l’amour
    Ensuite quand le renouveau chassera tes peines
    Au printemps à nouveau tu joueras bien  des tours

    Tu pleurnicheras souvent de n’être pas comprise
    De ces maux décriés j’ai enduré comme toi
    Plus tard le souvenir de ton cœur qui se brise
    Ne sera plus que sable s'écoulant de tes doigts

    Si je ne suis pas là à te regarder vivre
    Même si nos vies ne se croisent plus trop
    Même si sur mon âme  s'installe un peu de givre
    Quand je te regarderai partir sur un autre rafiot.

    ´¨ )
    ¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
    ©(¸.•´ (¸.•´ .•´ : (´¸.•*´¯`*•-->Flo

     

     


    16 commentaires
----